Clean Coaching Francophone

Le Clean Coaching fait partie de la grande famille de coaching. Le mot coacher  vient de l’ancien français cocher. Le cocher est celui qui conduit l’attelage pour amener son client à la destination que ce dernier a choisie. Puis le terme a été utilisé communément pour désigner l’entraîneur sportif, le coach sportif. Par extension, le coach et  le coaching, ont ensuite intégré la sphère professionnelle et personnelle. Cette fois : le coach accompagne les individus et les équipes à atteindre les résultats définis par objectifs.

En Clean Coaching, le coach est appelé facilitateur

Le facilitateur s’inspire de la posture de David Grove, psychothérapeute néo-zélandais créateur du Clean. Il sait travailler dans l’instant. Il pose une question clean qui connecte la personne à son monde intérieur. Il impulse le processus, puis accompagne le client à travers ses représentations en l’aidant par un questionnement ou en lui proposant une exploration sous forme de dessin par exemple. Le facilitateur part du présupposé que le client est l’expert en problèmes et solutions. Alors il limite ses interventions au strict nécessaire, sachant que plus il devient transparent, plus le client suivra son propre cheminement, et meilleur sera le résultat. Il adopte une attitude  clean  qui signifie  propre, déchargé  de son influence. Il s’impose une discipline qui le rend quasi transparent, pour:

  • ne pas chercher à savoir ce que le client a en tête, ou quel sens il attribue à un symbole ou une métaphore
  • ne pas contaminer par ses apports, c’est-à-dire ni conseiller, ni même suggérer de métaphores
  • ne pas avoir d’attente quant aux résultats
  • faire confiance au processus et à l’ingéniosité du client.

Volontairement effacé, le rôle du facilitateur n’en est pas moins essentiel pour créer les conditions qui permettront au processus de mener le client à se connaître lui-même.